Les essacs de Saint-Simeux


Les pêcheries de Saint-Simeux appelées aussi « Essacs » ont une origine très lointaine.

Des textes du Moyen-Age en font mention sous le nom d’Anguillards. Ces pêcheries ont été au fil des siècles des sources de revenus importantes pour leurs propriétaires. A Saint-Simeux se dresse le seul essac couvert du fleuve Charente. 

Ce mode de pêche est maintenant interdit, les propriétaires qui possédaient des droits de pêche pouvaient en hiver tendre des fillets pour capturer l’anguille d’avalaison. 

L’anguille d’avalaison vit dans le fleuve et part à l’âge adulte en direction de la mer des Sargasses pour se reproduire. Les alevins mettent plusieurs années pour revenir, guidés par un instinct sûr, dans les fleuves et rivières d’où venaient leurs géniteurs. 

L’anguille étaient donc pêchée quand elle descendait le fleuve pour son long voyage : les crues d’automne étaient généralement le moment du départ.

Aujourd'hui les pêcheries ne sont donc plus utilisées, mais elles subsistent encore grâce l'association de sauvegarde des pêcheries de Saint-Simeux qui en fait l'entretien et la rénovation.